Skip to content

26/04/2021 Actualité

Quand le distanciel crée du lien et des opportunités inattendues

Notre partenaire Alliance pour l’Education – United Way a pour objectif d’accompagner cette année 10 500 collégiens français issus de quartiers prioritaires ou de zones rurales dans leur parcours scolaire. En mars dernier, en raison de la crise sanitaire, ils n’ont pas pu effectuer leur stage en entreprise. Une solution alternative leur a été offerte : rencontrer virtuellement des collaborateurs Total en Tunisie, au Congo, au Maroc, en Suisse et en Belgique. L’occasion pour ces jeunes de découvrir des métiers, d’échanger avec des internationaux… et le tout en distanciel !

Quand on a 15 ans, difficile d’imaginer en quoi consistent concrètement les métiers de la communication, du marketing, des achats, du trading, des RH... L’objectif des stages en entreprise est d’éclairer les jeunes sur le quotidien des métiers et le monde du travail. Pour un collégien, la possibilité de faire un stage à l’étranger est difficilement envisageable. Et pourtant...

Grâce au dispositif en distanciel mis en place par l’Alliance pour l’Education - United Way, 30 forums de découverte des métiers se sont déroulés virtuellement, réunissant 130 collaborateurs issus de 23 entreprises.

Les collégiennes et collégiens des Pyramides à Evry-Courcouronnes et Romé de L’Isle à Gray (Franche-Comté) ont rencontré 13 salariés de Total basés en Tunisie, au Congo, au Maroc, en Suisse et en Belgique. Tous ont accepté, dans le cadre du programme Action!, d’expliquer leur rôle, leur quotidien et le sens qu’ils donnent à leur travail. « Nous étions ravis de partager nos parcours et expériences avec les élèves et de répondre sans tabou à toutes leurs questions. » raconte Rania AHMED, chargée du marketing digital en Tunisie.

Paradoxalement, le distanciel a aboli les distances et permis aux jeunes de créer du lien avec des professionnels qu’ils n’auraient jamais pu rencontrer lors d’un stage en présentiel. Leur intérêt et leur curiosité étaient réels. « Le distanciel n'a pas été un obstacle, et c'est une bonne chose car je pense que cela permet d'ouvrir les possibles et il ne faut pas s'en priver », témoigne Stéphanie Henry, principale du collège Les Pyramides.

En cette année difficile pour la jeunesse, ces échanges bienveillants et ouverts ont été appréciés. L’initiative sera renouvelée l’année prochaine et donnera lieu à de nouvelles missions Action!.